Vol pour Sidney... enfin le retour !
   
 
Illustration : Johan de Moor

Suite logique de Vol pour Sidney (aller) publié en 1992, Vol pour Sidney (retour), album de finition longue, avait enfin trouvé une sortie le 27 mars 2020. Sortie évidemment suspendue.

Le 19 juin est désormais la date où Vol pour Sidney (retour) vous donne rendez-vous chez votre disquaire ou tout autre lieu où les disques sont livrés amoureusement.

L’album ne sera pas disponible sur les plateformes de streaming car il n’est pas de forme plate, mais gorgé de musique et vit dans son ensemble (tous les titres, les dessins, les textes).

Parce qu’aussi, après le gavage de ces deux mois de confinement et les limites affichées d’un système souvent dévastateur (humainement, écologiquement, économiquement), nous avons besoin de retrouver la forme physique. Pas celle de la duplication à outrance, mais de l’ouvrage réalisé et transmis avec plaisir, élan et soin.

Et l’on devrait savoir désormais l’importance du soin.

Retrouvez donc Elsa Birgé, Catherine Delaunay, John Dikeman, Sophia Domancich, Robin Fincker, Simon Goubert, Nathan Hanson, Sylvaine Hélary "Glowing life", Hymn for Her, Doan Brian Roessler, Guillaume Séguron, Davu Seru, Ursus Minor, Donald Washington, Matt Wilson Quartet et les dessins de Johan de Moor dans Vol pour Sidney (retour) à partir du 19 juin 2020 chez toutes celle et ceux qui font de la vie une petite fleur.

 
Revue de presse - Vol pour Sidney (retour)

«Le résultat est un CD passionnant, un voyage dans les timbres, les formes et la créativité de ce musicien qui reste toujours actuel." »
in Adem, sélection septembre-novembre 2020

«Les musiciens ayant à l’évidence cherché les angles secrets et les couleurs inattendues. Leur hommage est aussi dynamique et coloré que le livret de l’album (...) et se visite aisément avec un simple visa touristique, le temps de réaliser que l’auteur de "Petite Fleur" était un explorateur, et même un visionnaire, et que sa "Petite Fleur" occultait une longueur de racines que le profane était loin de soupçonner...»
Christian Casoni, in Blues again, été 2020

«Comment montrer une musique d'antan qui fut si populaire à l'époque et que l'on pourrait croire désormais un peu démodée, à quel point elle reste toujours d'une vibrante actualité avec ses nouveaux habits.»
Jan van Leersum, in Rootstime, août 2020

«Surtout, l'héritage de Bechet est merveilleusement questionné. Un héritage où l'innovation, le blues, la mélodie, le tempérament constituent les vivants piliers du temple offert à l'une des plus grandes figures de l'histoire du jazz.»
Bruno Guermonprez, in Le Figaro Magazine, 17 juillet 2020

«L’aménagement de tous ces pluriels au sein d’un disque si singulièrement cohérent est une prouesse réitérée, où se reconnaissent l’esprit du label (cette étrange émotion appelée poésie) autant que sa famille musicale.»
Pierre Tenne, in Jazz News, juillet-août 2020

« C’est drôle, touchant, ça sonne avec la rigueur diabolique du free et ça rend intelligent. nato, en un mot, l’étincelle initiale... »
Francis Marmande, in Le Monde, 24 juin 2020

« Ce disque est nécessaire (tant il révèle les multiples facettes de Bechet). »
Guy Darol, in Jazz Magazine, juin 2020

« Le line-up est toujours aussi foutraque [que Vol pour Sidney (aller)] dans son assemblée mais pas moins impérial dans sa façon. Jusqu’à la relecture de Petite fleur, ça ramène Sidney encore plus près du nerf de sa musique. Puissante, incisive et parfois suffisamment brûlante pour hurler de joie si on y pose un pied.»
Guillaume Malvoisin, in Pointbreak., 24 juin 2020

« Tous les thèmes sont traités avec amour, passion, et aussi liberté par des musicien.ne.s de haut vol. Je ne puis tout détailler, seulement vous inviter à vous précipiter sur ce disque de musique vivante : Bechet, still alive, and well ! »
Xavier Prévost, in Les dernières nouvelles du jazz, 19 juin 2020

« On retrouve ce groupe magnifique du batteur Matt Wilson, avec un clarinettiste - dans le premier volet, il n'y avait pas eu de clarinette - on la retrouve ici, il y a Catherine Delaunay sur certaines plages - et ici c'est Jeff Lederer, avec Kirk Knuffke, cornettiste que j'adore. »
Alex Dutilh in Open Jazz (France Musique), le 19 juin 2020 à 18h

« Et, tout l’effet de cela c’est qu’on part entendre du Bechet - et comme avec tout bon album de jazz, on va beaucoup plus loin à y entendre l’histoire d’un présent qui joue l’avant, comme s’il arrivait après et s’offre dans la continuité du son/des sons. »
Jean-Pierre Simard in L'Autre Quotidien, le 19 juin 2020

« C'est bientôt l'été et le disque entier est une petite fleur ! »
Jean-Jacques Birgé in Mediapart, 17 juin 2020

« Qui d’autre que la maison nato peut se vanter de sortir un album qui répond parfaitement à l’époque et offre son lot de vitamines nécessaires ? »
Franpi Barriaux in Citizen Jazz, 9 juin 2020

« Cette belle fête du jazz immortel, intrépide et fraternel.»
Thierry Giard in Culture Jazz, 23 mars 2020



Pour en savoir plus sur le disque...
 
 
 imprimer  envoyer
 précédent suivant