Nous savons qu’il existe une maison du dictionnaire et un dictionnaire de la maison. La maison nato a donc eu envie de rassembler ses mots : autant de codes, de clés, de signes et d'intentions qui relient et rallient. Réverbères du chemin des écoliers, ceux du diconato éclairent un peu davantage la syntaxe fantaisie de ce langage incontrôlé.


Choisissez un mot ci-dessous :



Sang : n. m.

Liquide qui circule dans les veines et alimente généreusement le cœur et autres organes essentiels du corps, commun à tous les vertébrés, le sang est l’élément vital par excellence. Tous les hommes ont le sang rouge, couleur de l’amour et des cerises qui font leur temps, et c’est bien là la seule teinte qui compte. Le sang s’enrichit de l’eau et distribue l’oxygène, contient des éléments cellulaires fondamentaux. Il peut devenir un prétexte aux idées les plus coagulées : on va même jusqu’à nommer une catégorie de chevaux : « pur sang » à laquelle s’identifient quelques caucasiens attardés ou autres aristocrates ridiculisés par l’histoire (« palsambleu ! ») se prenant pour des émanations directes de leur divinité. À « Bon sang ne saurait mentir », on préfèrera largement le « Bon sang mais c’est bien sûr» du commissaire Bourrel (pauvrement traduit en « Bon Dieu mais c’est bien sûr » dans Les Cinq dernières minutes). Un tour au frigo permettra de sang froid, de rejeter les pires idées discriminatoires ou eugénistes (exemple Théodore Roosevelt président des Etats-Unis d’Amérique et sa déclaration effrayante en 1907 : « Je souhaiterais beaucoup que l’on empêchât entièrement les gens de catégorie inférieure de se reproduire »). Hommes en cols blancs ou habits militaires sans amour continuent de nos jours à aimer voir (de loin) couler le sang afin qu’il abreuve leurs sillons. On peut prendre un coup de sang, mais on évitera la pratique favorite des vampires qui consiste à survivre avec une pinte de bon sang derrière la cravate. Le sang ne fait qu’un tour et on déconseillera telles manières au plaisir fort éphémère en se souvenant qu’en matière sanguine l’exemple de l’arroseur arrosé reste valable.





Louis Sclavis - Ad Augusta per angustia
Collectif - Bandes originales du Journal de Spirou
Violeta Ferrer - Poemas de Federico Garcia Lorca
Steve Beresford - Avril brisé
The Recedents - Zombie bloodbath on the Isle of Dogs
Tony Hymas - Oyaté
Tony Hymas - Barney Bush - Remake of The American Dream
Tony Hymas - Barney Bush - Left for Dead
Tony Coe - Les voix d'Itxassou
Collectif - Buenaventura Durruti
Ursus Minor - Coup de sang
Jef Lee Johnson - The Zimmerman shadow
Tony Hymas - De l'origine du monde