Nous savons qu’il existe une maison du dictionnaire et un dictionnaire de la maison. La maison nato a donc eu envie de rassembler ses mots : autant de codes, de clés, de signes et d'intentions qui relient et rallient. Réverbères du chemin des écoliers, ceux du diconato éclairent un peu davantage la syntaxe fantaisie de ce langage incontrôlé.


Choisissez un mot ci-dessous :



Cinéma : n. m.

Apocope de « cinématographe » (du grec kinema, mouvement, et graphein, écrire), nom donné par Léon Bouly en 1892 à l'appareil dont il dépose le brevet. Le cinéma décrit une projection visuelle en mouvement le plus souvent sonorisée. Comme pour la Révolution française, les points de vue divergent quant à savoir qui est l’inventeur du cinéma. Toujours est-il qu’à partir du moment où Josef-Nicéphore Nièpce réalise ce qui est considéré comme la première photographie, le désir de l’image animé, obsession ancestrale, excite bien des esprits : ceux du liégeois Joseph Antoine Ferdinand Plateau avec le Phenakistiscope en 1832, de Pierre-Jules-César Janssen enregistrant les phases de Venus grâce à son Revolver photographique, d’Emile Reynaud avec son Praxinoscope, Etienne-Jules Marey et son Fusil photographique puis son chronophotographe, d’Eadweard Muybridge avec sa décomposition du galop de cheval, de Thomas Alva Edison et son Kinétoscope, de Louis Aimée Augustin Le Prince avec son appareil de projection … Mais ce sont les frères Louis et Auguste Lumière (qui apporteront plus tard leur soutien au régime de Vichy), qui emportent le morceau avec la première projection publique (et payante, l’habitude restera) le 28 décembre 1891. Les 33 spectateurs présents regardent une dizaine de films dont La sortie des usines Lumière, L'Arroseur arrosé et Entrée en gare du train de la Ciotat, trois films qui n’ont pas à ce jour fait l’objet de remake notoire et onéreux. Le 15 mai 1902, George Méliès (qui finira sa vie comme marchand de jouet) présente le Voyage dans la Lune inspiré par Jules Vernes et H. G. Wells considéré comme le premier film de fiction et sans contestation, de science fiction. En 1897 Félix Mesguich, est arrêté à New York alors qu'il filme une bataille de boules de neige. Les pouvoirs politiques n’auront dès lors de cesse de vouloir contrôler cette incroyable machine de propagande. DW Griffith tourne Naissance d’une Nation, mais c’est le dictateur Adolf Hitler (qui aime les films de divertissement et les films d’amour) qui comprend le mieux la puissance du 7ème Art. Il déclare au New York Times en 1933 : « Je veux me servir du cinéma comme d'un instrument de propagande. » Il encourage dès lors tous les cinéastes partisans de son régime (les autres fuiront à Hollywood enrichissant considérablement le cinéma américain) en les dotant de moyens colossaux. Ce sera particulièrement le cas de Leni Riefenstahl (morte à 101 ans) sans qui l’image d’Hitler n’aurait jamais été ce qu’elle fut et sans qui Alain Resnais n’aurait pas été obligé de tourner Nuit et Brouillard. Le cinéma, non volontairement propagandiste, après cet infernal traumatisme continue de se chercher au travers d’œuvres relativement importantes et souvent confuses en croisant toujours une part, infime certes mais précieuse, du réel.





Collectif - Godard ça vous chante?
Collectif - Six séquences pour Alfred Hitchcock
Collectif - Les films de ma ville
Steve Beresford - Avril brisé
Tony Coe - Mer de Chine
Steve Beresford - Pentimento
Ursus Minor - Coup de Sang
Steve Beresford / John Zorn / Tonie Marshall / David Toop - Deadly Weapons
Steve Beresford - Eleven songs for Doris Day
Tony Coe - Mainly Mancini
Lol Coxhill - The inimitable
The Melody Four - Love plays such funny games
The Melody Four - The Melody Four? Si Señor !
The Melody Four - "Hello! We must be going"
The Melody Four - Shopping for Melodies
The Melody Four - On request
Sam Rivers / Tony Hymas - Winter garden
The Recedents - Zombie Bloodbath on the Isle of Dogs
Collectif - Alternate Cake
Tony Coe - Les Voix d’Itxassou
Collectif - Buenaventura Durruti
Jef Lee Johnson - Thisness
Collectif - Le Chronatoscaphe
Sylvain Kassap - L'arlésienne